Le costume-cravate, célèbre tenue professionnelle, existe depuis déjà deux siècles. La tenue a bien sûr évolué en matière de styles, de coupes ou de couleurs, mais elle perdure à travers le temps. Histoire d’une success story.

1820. Angleterre. Le costume, tel qu’on le connaît aujourd’hui, est né. Le vêtement a été transformé et allégé de toutes ses décorations. Initialement, le costume avait beaucoup de décorations, qui disparaissent avec le temps pour l’alléger et l’adapter au quotidien des personnes qui le portaient. Avant cette suppression de décors, le costume commençait à ressembler à l’actuel. Selon le site web Blandindelloye, la veste était longue et “allongeait la silhouette”. Ceci était grâce à la filière de boutons qu’elle avait, le tout combiné d’un revers et d’un veston. De plus, les chapeaux hauts de forme. Les vestes se sont vite rétrécis, tout comme les chapeaux, les pantalons devenaient plus confortables et certains boutons disparaissent pour ne laisser que 3. Ce n’est qu’en 1855 qu’Édouard VII du Royaume d’Angleterre porte un costume d’une même étoffe. Très vite, cette tenue fait référence et devient une pièce incontournable de la mode, notamment grâce au cinéma. On s’en rappelle tous des grands classiques du cinéma. Bien évidemment, ils respectaient les tendances de l’époque qui, pour les hommes, étaient de porter un costume. Donc, les films portaient des merveilleux costumes ce qui faisait rêver à plus d’un.

Quoi qu’il en soit, en deux siècles d’existence, le costume est devenu indémodable. Il a été transformé radicalement au fil des années pour s’adapter au style et aux goûts de la société. Même aujourd’hui, il reste très ancré dans la société. Et ce succès lui vient d’abord du fait qu’il a une connotation d’importance et de sérieux. Ce sont les hauts fonctionnaires qui le portent depuis des décennies. Beaucoup d’autres métiers ont donc suivi le modèle pour l’image que le costume confère. C’est le cas des secteurs en contact avec le public comme l’hôtellerie, le droit (avocats, magistrats, juges…), ou encore la banque.

Tweet de HR Consultants, sur l’importance d’un code vestimentaire.

Depuis le XIXe siècle, le costume fait donc référence aux personnes hauts placées dans la société. Depuis, il s’est immiscé dans (presque) toutes les armoires et personne n’arrive à le retirer. Selon la styliste Caroline Vilstrup, dans un article pour LCI, la génération Y, les millénials, cette génération née entre le début des années 1980 et la fin des années 1990 révolutionnent les codes vestimentaires au bureau. Leur tenue de travail se compose, pour une grande partie, d’un jean et de baskets et non plus du costume-cravate.

Pour cela, la pensée générale de la société associe le costume à un temps passé. Une pensée juste si l’on prend compte tous les achats et sa cote de popularité des précédentes années. Selon un sondage de Kantar, entreprise basée au Royaume-Uni qui réalise des études de marché et marketing, recueilli par le média BFMTV, les ventes de costumes sont en chute libre. En 2011, en France, plus de 3 millions de costumes ont été vendus contre moins de 1,4 million entre 2018 et 2019. Néanmoins, le costume reste très présent dans notre quotidien car beaucoup de métiers exigent ce type de tenue. Mais aussi, parce qu’il est intemporel.

Photo de Subhan Saad provenant de Pexels

ALMA Paris toujours là pour sauver la mode

Pas de panique ! ALMA Paris est là pour vous. Spécialisée dans la création d’uniformes et de costumes, on s’assure que votre habillement soit de qualité et c’est notre expérience qui parle ! Depuis 15 ans, nos équipes travaillent main dans la main avec des clients de différents secteurs professionnels en France et à l’étranger. Pour subvenir aux besoins de notre clientèle, on offre différentes prestations. Celles-ci vont du sur-mesure jusqu’au prêt-à-porter. En plus, pour s’assurer de la qualité de nos produits et de la satisfaction de notre client, on réalise également des services de retouches, d’échanges, et même de recyclage. Le costume continuera toujours à vivre. Pour nous, le costume est irremplaçable !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *